LA DEESSE MERE

Les Wiccans croient en une force créatrice désignée par les termes « Déesse »  et « Dieu » ( pour les Dianiques uniquement la Déesse).

Elle se manifeste sous différentes formes changent de nom et de caractéristiques en fonction de la culture d’origine , même si en réalité toutes les Déesses ne forment qu’une seule Déesse

Sa pricipale caractéristique :

* elle renferme en elle tous les opposés : masculin / féminin , création / destruction

Texte de Nag Hammadi  (retrouvé en Egypte en 1945 datant des IIe et IIIe après Jésus – Christ)

Je suis

car je suis la première et la dernière.

Je suis celle qui reçoit les honneurs.

Et celle qui est méprisée.

Je suis la prostituée et la sainte.

Je suis l’épouse et la vierge.

Je suis la mère et la fille.

Je suis les membres de ma mère.

Je suis celle qui est stérile

et dont les enfants sont nombreux.

Je suis celle dont les noces sont grandioses

et je ne suis pas mariée.

Je suis l’accoucheuse

et celle qui n’enfante pas.

Je suis l’apaisement de mes douleurs.

Je suis l’épouse et l’époux

et c’est mon mari qui m’a mise au monde.

Je suis la mère de mon père

et la soeur de mon mari,

et il est mes descendants.

Ecoutez – moi

Je suis celle qui est tombée en disgrâce

et je suis celle qui est grande.

La Grande Déesse Mère Terre

Le culte de la déesse fut la première forme de religion à apparaître sur Terre (approximativement entre 30000 et 3000 avant J.-C.

Texte de Rodriguez P. , extrait de Dios nacio mujer 1999

La femme et la Déesse ont perdu leur autonomie, leur importance et leur pouvoir pratiquement au même moment, victimes d’un monde en mutation, où les hommes se sont affirmés grâce au contrôle des moyens de production, de la guerre, et de la culture, devenant les seuls détenteurs et gardiens de la propriété privée, de la paternité, de la pensée et en fin de compte du droit même de la vie.

LE CULTE:

Il unit l’humanité de différents continents à un moment précis de notre culture, lorsque l’homme reconnut une influence surnaturelles dans le retour  cyclique des animaux , des saisons, dans la maturation des fruits et la naissance des petits.

La femme devint alors le symbole de la fécondité végétale, animale et humaine, l’utérus universel, la Grande Mère précisément.

LA MERE TERRE:

Elle symbolise la nature dans ses aspects positifs (fertilité, abondance des récoltes, naissance des petits, présence de l’eau ,des légumes,des fruits à récolter et du gibier) et dans ses aspects négatifs (tempêtes, disette, maladie et faim).

Chaque civilisations lui attribuent des noms différents , la glorifiant comme seule source de vie de tout l’univers (la triple Morrigan des Celtes, l’Isis des Egyptiens, Maka des Aztèques et des Mayas, Kali des Indiens, Lilith des Hébreux, Ishtar des Sumériens et des peuples de Mésopotamie, …).

LES SYMBOLES DE LA DEESSE:

Ils peuvent être répertoriés en quelques catégories essentielles:

* la fertilité (dispensatrice de vie)

* la procréation (la naissance)

* la prospérité (énergie et développement)

* la mort et la régénération

LES TROIS ASPECTS DE LA DEESSE:

3 figures ressortent du culte correspondant à une trinité païenne :

* la jeune fille, la mère et la vieille femme

L’univers avance dans 3 directions:

* la création, la conservation et la destruction

Les phases de la vie:

* naissance, reproduction et mort

Les 3 temps de l’existence:

* passé, présent et futur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s